ACTUALITE


princesse artistique




Situation de la Princesse en ce début février 2018.
Par Jean-Jacques Dujardin


Depuis décembre 2017, bien des évènements se sont déroulés. Après le remontage de l'essieu polybloc, le montage et le réglage de la suspension, la machine était prête à subir l'examen de contôle pour son accréditation de circulation sur le réseau. Cette accréditation a été obtenue avec une seule restriction, celle de devoir faire reprofiler les roues du bogie suite à des boudins trop épais. Cette restriction m'a étonné mais il m'a été répondu que le profil des Allemands était différent de celui des Français? A ma connaissance, il n'y a pas de profil allemand ou français mais un profil UIC, ce qui permet les échanges ferroviaires entre pays. Quoi qu'il en soit, il est vrai, après contrôle, que les boudins sont légèrement trop épais, ce que je n'ai jamais vu dans ma carrière de cheminot. J'ai vu des boudins amincis, des boudins droits, des boudins trop hauts, des boudins tranchants mais des trop épais, jamais. Ce problème de reprofilage sera réglé par les ateliers SNCF d'Achères. Compte tenu que la dernière révision des essieux pour 15 ans avait été faite en 2003 lors de la grande révision de Gray, l'échéance arrivait en cette année 2018. La bonne nouvelle est qu'une dérogation a été accordée pour le contrôle qui est reporté à octobre 2020. Cette dérogation a été possible en raison de la non circulation de la loco durant 8 années.


rodage à Sotteville lès Rouen

Les premiers tours de roues de la Princesse avec son diesel dans le cas où il y aurait eu un problème.


Suite à tout cela, la loco a pu réaliser durant deux jours un prérodage dans le triage de Sotteville. Comme cela pouvait être légitimement imaginé, quelques problèmes furent détectés. Notamment un dysfonctionnement de la distributifévrier 2018on BP (basse pression), une fuite sur un autoclave se trouvant sous l'abri et un réglage de la suspension à peaufiner au niveau de l'essieu moteur N° 3. Il me faut préciser que le réglage de la suspension de cette loco est particulièrement compliqué car c'est une suspension en chaîne, ce qui veut dire que le réglage de la suspension d'un essieu joue sur celui des autres essieux, un vrai casse tête. Ce rodage a également mis à mal une partie du plan de grille, partie qui a dû être remplacée. Ce problème semble avoir été occasionné par l'utilisation d'un reliquat de mauvais charbon non prévu pour la Pacific. Pour le reste, tout semble avoir correctement fonctionné, notamment au niveau des coussinets neufs qui n'ont pas montré d'échauffement anormal.
Après ces constatations, les équipes se sont mobilisées pour rectifier les problèmes rencontrés.

Quelques nouveaux roulages seront effectués puis, si tout va bien, la loco avec sa rame sera lancée fin février pour sa marche d'essai sur la ligne Sotteville/Serquigny avec, à la clef, la fameuse pente des Trois Sapins longue de 17 KM.
Bien évidemment un point sera fait en temps et en heure sur le résultat de l'ensemble des essais.
Comme vous tous, je croise les doigts!
A la prochaine


Jean-Jacques Dujardin






Les nouvelles de la Princesse  début décembre 2017

Fin avril 2017, il avait été annoncé que les ateliers de Meiningen demandaient 3 mois pour la réparation de l'essieu polybloc ; ce qui laissait espérer un retour pour fin août, début septembre. Malheureusement divers évènements techniques empêchèrent les ateliers de tenir leur promesse. La date fut donc repoussée à fin septembre puis ce fut fin octobre et ensuite fin novembre. C'est donc avec un immense plaisir que les bénévoles du PVC ont vu revenir l'essieu le vendredi 1er décembre. Je dois préciser qu'entre-temps les ressorts avaient été livrés et que leur remontage avait été réalisé sur les 2 essieux restés en place

A près avoir résolu un "petit" problème technique, l'essieu était remonté le mardi 5 décembre. L'équipe des bénévoles s'est mobilisée pour travailler sans relâche tous les jours de la semaine pour essayer d'adoucir le retard accumulé.

Pour l'instant, tout semble bien aller. Il convient de préciser que les bogies du tender ont été examinés aux ultrasons et déclaré sans fissure, ce qui constitue une très bonne nouvelle. Au niveau du roulement, il restera une petite rectification des 2 essieux du bogie de la loco dont les boudins ont été mesurés légèrement trop épais. Ce sera l'occasion pour la loco de faire un aller et retour aux ateliers d'Achères qui se chargeront de redonner à ces essieux le bon profil.


Début septembre 2017 les responsables du PVC ont envoyé à la direction parisienne un courrier afin de demander une dérogation d'un minimum de 3 ans pour le contrôle des autres essieux de la loco dont l'échéance des 15 ans arrive en 2018. Cette demande est justifiée par l'absence de kilomètres faits par la loco depuis le jour de l'incident en novembre 2009.

A ce jour aucune réponse n'est venue à mes oreilles. Je ne sais donc pas où en est cette demande légitime. Dès que j'aurai des informations, je vous tiendrai au courant.
Restons confiants et souhaitons que notre Princesse puisse vite revoir le jour, et respirer comme avant. Quel cadeau ce serait !



Jean-Jacques Dujardin











Les nouvelles de la Princesse  début octobre 2017

Fin septembre, un Mail provenant des ateliers de Meiningen annonçait que les bandages de l'essieu polybloc avaient été reçus et que le montage à chaud sur les roues se ferait dans les meilleurs délais. Cette information laisse à penser que, compte tenu des délais d'acheminement, la livraison devrait se faire avant la fin octobre.
Quant aux ressorts de suspension, il avait été dit qu'ils arriveraient avec un peu de retard mais une information récente disait que les ressorts pourraient arriver avant l'essieu polybloc, soit très prochainement. Les responsables de la machine vont donc étudier la possibilité de remonter les ressorts avant l'arrivée de l'essieu mais il faut vérifier la faisabilité de cette intention.
Le retour des ressorts et des roues durant ce mois d'octobre 2017 va motiver les équipes de l'atelier qui vont devoir se mettre au travail ... et quel travail ! Le but final étant de remettre enfin la Princesse en condition de marche durant l'année 2018.
Malheureusement, une ombre plane encore sur la Princesse et les responsables du PVC font tout pour que cette ombre s'estompe. En effet, début 2018, la Princesse doit subir sa révision à 15 ans. Cette révision impose la dépose de tous les organes de roulement, bogies compris, pour un examen complet. Compte tenu du peu de kilomètres parcourus par la Princesse en 15 ans dont 7 passés sous l'atelier, le souhait des responsables est de pouvoir obtenir un prolongement de la date butoir. De plus, et par chance, la réglementation de la SNCF sur la maintenance du matériel historique va bientôt changer pour aller dans le sens de la simplification pour les associations. Celles-ci deviendront plus indépendantes mais aussi plus responsables de l'entretien de leur matériel. Ce nouveau contrat va porter le nom de "Contrat d'Utilisation Unifié" (CUU). Ce contrat n'est pas encore effectif mais, c'est espéré, devrait être mis en service dans quelques mois !

Jean-Jacques Dujardin







Les nouvelles de la Princesse  fin 07/2017

En cette fin de juillet 2017, nous avons appris que les ateliers de Meningen en Allemagne pourraient être en mesure de nous restituer, pour le début d'octobre 2017, notre essieu polybloc muni de son nouveau bandage et des 6 ressorts de suspension. J'utilise le conditionnel pour donner cette information car, depuis 2009, trop de promesses non tenues ont émaillé les colonnes de nos publications.
Si par chance cette promesse était tenue, nous pourrions envisager une remise sur roues pour la fin de l'année 2017, voire le tout début de l'année suivante. Quand la Princesse aura retrouvé ses grandes pattes et que la suspension aura été correctement réglée, il faudra de nouveau faire un passage au dépôt de Sotteville pour recevoir l'agrément de circulation. Ce sera alors avec une certaine angoisse que nous attendrons le verdict des spécialistes de la SNCF. Dans le cas où le verdict serait bon, ce que nous espérons tous, nous recevrions l'autorisation de circuler et ce serait alors les premiers essais de roulement en chauffe avant d'entamer le rodage nécessaire après une si grande révision et une si longue immobilisation.



Jean-Jacques Dujardin







L'essieu coudé est parti pour Meiningen
par Jean-Philippe Ravon

L’opération s’est déroulée vendredi 05 février comme prévu. Philippe en a profité pour immortaliser l'évènement. L’essieu est arrivé à Meiningen (ville d'Allemagne située au nord de Nuremberg) mardi O9. Jean-Marie était sur place pour la réception et a visité les installations. Il nous a rapporté  que dans cette usine  très bien outillée il s'y construit  intégralement des machines à vapeur et y sont maintenues  des  vapeurs d'Allemagne, d'Autriche, de Suisse et de France.






Manutention de l'essieu installé sur son bâti.

Manutention de l'essieu installé sur son bâti.

Chargement sur la remorque.




séparation






 







 



Accueil ACTUALITE PRESENTATION LE MATERIEL GLOSSAIRE NOS EPOPEES TEMOIGNAGES FILMOGRAPHIE GALERIE NOS AMIS